Quoi faire lorsqu’on se sépare pour réduire les impacts chez les enfants

 Pour tous les couples qui se séparent, les enjeux sont nombreux. Toutefois, les parents qui traversent une séparation conjugale ont davantage de défis à surmonter simplement en lien avec les enfants. La médiation familiale peut les aider à traverser cette tempête.

Voici quelques petits trucs et astuces afin de réduire les impacts qu’ils pourront vivre durant votre séparation.

Gérer l’annonce 

Toute d’abord, il est préférable d’annoncer la séparation aux enfants en présence des deux parents et de choisir un moment où ils pourront s’exprimer librement. Il est primordial que les parents rassurent les enfants par rapport à l’amour qu’il leur porte et qu’ils continueront à les voir. Les parents doivent s’entendre sur la raison de la séparation sans toutefois donner des détails qui ne concernent pas les enfants. Par exemple, on peut leur dire que «Papa et maman ne s’aiment plus comme amoureux, mais nous demeurons vos parents pour toujours et jamais nous ne cesserons de vous aimer et de vous voir » au lieu de «papa quitte maman, car elle a trouvé un autre homme mieux que moi».

 

Attention aux fausses promesses

De plus, il est important de ne pas faire de fausses promesses et il est plus efficace de répondre «je ne sais pas » à une question de vos enfants dont vous ne connaissez pas la réponse. Par contre, à cette question, il demeure essentiel de donner des repères, donc des éléments qui se produiront avec certitude. De cette manière, les enfants seront sécurisés face aux changements. Par exemple, votre enfant vous demande où vous allez demeurer, mais vous ne connaissez pas la réponse encore puisque la séparation est récente. Ainsi, vous pourriez répondre : «Je ne sais pas encore où nous allons déménager, mais je sais que tu auras une belle chambre et que tu continueras d’aller à ton école avec tes amis». Dès que vous aurez la réponse à la question initiale, revenez auprès de celui-ci afin de lui transmettre. Cela favorise une meilleure adaptation et les amènera à vous faire confiance ainsi qu’à se sentir considérés. De plus, votre enfant sera plus enclin à se confier à vous puisqu’il sait qu’il peut compter sur vous.

 Quand je ne m’entends pas avec mon ex 

Tout au long de la séparation et même une fois celle-ci réglée, les parents doivent en tout temps garder les enfants hors de leurs conflits. Ainsi, nous parlerons de différent concept comme :

  • Évitez de rendre vos enfants messagers. EX : «tu diras à ton père de rapporter des pantalons propres la prochaine fois». Faites vos messages à l’autre parent directement ou utilisez un médium pour le faire comme les textos ou le cahier de communication.
  • Évitez de disqualifier l’autre parent devant l’enfant. EX : «Évidemment tu es retard comme ta mère ou arrêtes de te plaindre comme ton père». Vos enfants vous aiment d’un amour inconditionnel tous les deux. De plus, votre enfant est fait à 50% de papa et à 50% de maman. Lorsque vous disqualifiez son autre parent, vous êtes en train de le disqualifier lui. Ainsi, vous atteignez son estime.
  • Évitez de placer votre enfant en conflit de loyauté. EX : «J’aimerais mieux que tu restes avec moi, je suis si triste quand tu n’es pas là» ou encore «Est-ce que tu aimerais mieux vivre avec moi ou avec ta mère, ici les règles sont tellement mieux». En suggérant ou en exprimant vos états âmes qui ne lui appartiennent pas vous envoyez des messages aliénants. Plus concrètement, vous demandez de manière indirecte à votre enfant de faire un choix entre vous et son autre parent en le faisant sentir coupable d’être avec ou d’aimer l’autre parent. Nous pouvons parler ici de différent degré de conflit de loyauté allant jusqu’à l’aliénation parentale. Vous devez donner le droit à votre enfant de continuer à aimer son autre parent même si vous, vous ne l’aimez plus.

 La gestion de la coparentalité

Un des défis majeurs de la séparation est sans doute de maintenir la coparentalité. En effet, ce concept s’adresse et s’applique chez tous les parents. Il est parfois complexe lorsque le couple est encore ensemble alors, il est fort possible que la tâche soit plus ardue une fois séparée. La coparentalité consiste à :

  • Assurer le maintien des rôles parentaux. Ex : papa et maman voient les enfants et assument leurs responsabilités parentales.
  • Collaborer dans le partage des responsabilités. Ex : les parents vont aux rencontres scolaires tous les deux ou à tour de rôle et se font un compte rendu.
  • Chercher le dialogue (communication ouverte) pour une meilleure prise de décision. Ex : se consulter avant d’inscrire l’enfant dans un camp d’été et de réclamer la moitié du paiement à l’autre parent.
  • Respecter des ententes prises ainsi que les moyens de gérer des conflits. Ex. Les parents ont la même routine de dodo et utilisent des stratégies similaires lorsque vient le temps d’appliquer une conséquence.

 Organiser les changements de garde

Beaucoup de parents vivent des difficultés lors des changements de temps de garde. Ainsi, il vaut mieux favoriser des transitions sécurisantes et prévisibles pour les enfants. De cette manière, vous réduirez les problèmes de comportements et augmenterez la collaboration. Voici quelques petites pistes variables selon le niveau d’entente entre les parents et le type de modalité de garde. Évidemment, plus l’ambiance entre les parents est cordiale plus les transitions peuvent être souples. Toutefois, lorsque les ex-conjoints ont des relations tendues, il vaut mieux établir un cadre clair et ne pas y déroger. On réduit alors les conflits et les malentendus.

  • Utiliser des transitions naturelles comme à la garderie, après l’école, après le sport. Les enfants ont alors un repère et ressentent moins le sentiment d’être brimé dans une routine ou une activité puisque cela se fait naturellement.
  • Faites les changements de garde le lundi soir au lieu du dimanche. Cela évite de «briser» le week-end du parent qui a la garde des enfants en devant se presser de terminer à X heures une activée. De plus, pour le parent qui reprend l’enfant, cela lui assure de ne pas subir la folie du dimanche soir en vue de la semaine à venir. Chacun peut ainsi vivre son week-end jusqu’à la toute fin et en profiter au maximum.
  • Établissez vos temps de garde afin que vous ayez toujours les mêmes jours de semaine en semaine. Comme cela, les parents peuvent prendre des engagements sans se soucier de la garde des enfants ou de la participation de l’autre. Ex : Madame a toujours les enfants les mardis mais pas les jeudis, elle peut donc les inscrire au cours de ballet le mardi et faire des heures supplémentaires au bureau le jeudi.
  • Mettez en place une routine sécurisante et similaire. Cela permet aux enfants d’obtenir des repères et cela favorise la réduction de l’anxiété et des problèmes de comportement en plus d’augmenter la collaboration et l’obéissance. Ex : À chaque fois que CoCo revient de chez papa, il fait une activité tranquille avec maman et ensuite il prend son bain.

 En résumé

En conclusion, vivre une séparation demande du temps et de l’adaptation pour tous ceux qui la vivent. Pour les enfants qui n’ont pas fait ce choix, il peut parfois être plus difficile de comprendre et de composer avec cette nouvelle réalité. Il faut se souvenir que la plupart des enfants s’adaptent bien à la séparation de leurs parents. Malgré cela, même si chaque parent veut ce qu’il y a de mieux pour son enfant, il peut arriver que dans toute la tourmente de cette rupture, les besoins des enfants soient voilés. Ainsi, les parents doivent prendre le temps de préparer cette transition de vie. De cette manière, les enfants pourront traverser cette étape plus aisément. Surtout, ils sentiront que leurs parents sont encore là pour eux et qu’ils les considèrent et cela n’a pas de prix, croyez-moi, parole de psychoéducatrice.

C’est votre cas ? Prenez rendez-vous à la Clinique Orchidia au 418-549-2830 avec notre spécialiste : Cynthia Girard, Psychoéducatrice ou écrivez-lui à : cynthia.girard@orchidia.ca ou consultez : girardcynthia.com 

Texte écrit par Cynthia Girard, Psychoéducatrice & Médiatrice familiale